Comment acheter un nom de domaine en 3 étapes

Le 29 novembre 2019  Webmarketing

L’investissement en compétences digitales n’est plus un choix aujourd’hui pour les professionnels. Il est devenu une condition incontournable : 1000 ordinateurs connectés en 1984. S’ensuit une accélération exponentielle avec le dépassement de la barre du milliard de sites web en 2014. Le monde économique s’accorde sur l’urgence de la transformation digitale dans tous les secteurs […]

L’investissement en compétences digitales n’est plus un choix aujourd’hui pour les professionnels. Il est devenu une condition incontournable : 1000 ordinateurs connectés en 1984. S’ensuit une accélération exponentielle avec le dépassement de la barre du milliard de sites web en 2014. Le monde économique s’accorde sur l’urgence de la transformation digitale dans tous les secteurs professionnels.

Si vous vous engagez dans cette voie, l’une des premières étapes indispensables est de choisir et d’acheter un nom de domaine.

Nom de domaine : définition

Le nom de domaine est l’équivalent de votre adresse postale sur Internet. La création d’un site web vous permet de vous faire connaître du grand public. Il est donc impératif pour vos clients de le localiser facilement. Un site Internet a une adresse IP composée d’une série de chiffres. Masquer cette équation complexe par un identifiant naturel, dit nom de domaine, est alors nécessaire.

Ex : www.search-factory.fr

« search-factory.fr » : nom de domaine ; « .fr » : extension

Le nom de domaine comprend un ou plusieurs mots (séparés d’un tiret) et une extension (les TDL : top level domain). Dans le système de noms de domaine (DNS), les extensions sont les domaines de tête. Il existe quatre catégories d’extensions :

  • nationales (.fr, .es, etc.)
  • génériques (.org, .com, etc.)
  • les nouvelles gTLDs plus ciblées (.bzh, .paris, .hôtel, etc.)
  • et celles plus spécifiques aux grandes sociétés

Avant de réserver un nom de domaine, il est utile de choisir un ou plusieurs TDL adaptés à votre activité et votre cible.

Nos conseils sur comment acheter son premier nom de domaine

Le nom de domaine véhicule l’image de votre société, il est votre représentant sur Internet. Il participera également au référencement SEO de votre site internet. Il est donc nécessaire de prendre le temps d’y réfléchir avec créativité et simplicité.

Trouver un nom de domaine disponible

Vous avez déterminé votre identité digitale et opté pour les bonnes pratiques avec une recherche du nom de domaine idéal : adapté à votre cible, facile à taper, à retenir, à épeler, donc le plus court possible, sans accents, etc. Vous avez également réfléchi aux extensions, une ou plusieurs selon vos besoins. Vous êtes donc prêt à vérifier la disponibilité de votre nom de domaine.

Plusieurs options s’offrent alors à vous. Dans un premier temps, vous pouvez vérifier gratuitement la disponibilité auprès des bureaux d’enregistrement (registrar). Un annuaire de ces organismes accrédités est consultable sur le site de l’AFNIC (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération). Dans un second temps, afin de sécuriser au mieux votre marque, vous pouvez engager une démarche auprès de l’INPI. Dans un délai de deux jours ouvrés, un rapport vous sera transmis listant les dépôts et publications de marques similaires. Le montant varie entre 50 € et 215 € en fonction de la zone géographique choisie. Pour autant, cette précaution ne suffit pas pour s’assurer que la marque soit déposée.

Vous avez un nom de domaine disponible. L’une des dernières étapes est de déposer le nom (ou plusieurs noms) et de le réserver.

Enregistrer et acheter un nom de domaine

Il arrive que l’on confonde hébergement et nom de domaine. Rien ne vous empêche d’enregistrer un nom de domaine auprès d’un organisme accrédité et de choisir un autre pour gérer votre hébergement.

Mais quel bureau d’enregistrement choisir ? Il est possible de les consulter auprès des registres comme mentionné ci-dessus. Les prix pour le droit d’utilisation d’un nom de domaine (sans hébergement) peuvent varier entre 5 € à plus de 20 € par an en fonction du registraire et des extensions. La réservation ayant une durée limitée, il est donc essentiel d’être vigilant aux dates d’expiration.

À noter, dès l’achat de votre nom de domaine, l’ensemble des informations concernant le propriétaire sera collecté dans la base WHOIS et par conséquent accessible au public.

De plus, en fonction du projet de développement de votre entreprise, n’hésitez pas à adopter une stratégie d’anticipation et donc de réservation de nouveaux noms de domaine. Au moment où vous déciderez d’en changer, grâce à la redirection 301, la popularité des anciennes pages web et tout le bénéfice SEO seront maintenus si ces redirections sont bien effectuées.

Déclarer son nom de domaine en tant que professionnel

Une démarche largement conseillée pour les entreprises est de déclarer son nom de domaine au registre du commerce et des sociétés (RCS).

Pourquoi le faire ? La première raison, et certainement la plus importante, est la protection juridique. En cas de concurrence déloyale (ex : imitation, reproduction), une action en justice sera plus efficace, car votre nom de domaine est inscrit sur le registre officiel de votre société. La deuxième raison est de rassurer l’internaute.

Quelles démarches engager ? La déclaration des noms de domaine, via le formulaire NDI, peut être remplie lors de la création de votre entreprise (en ligne) ou ultérieurement (à déposer en deux exemplaires auprès du centre des formalités des entreprises).

Comment lier son nom de domaine à son site internet ?

Après avoir défini le contenu de votre futur site Internet, une autre question se posera : Quel CMS (Content Management System) choisir ? Les CMS sont destinés à la conception et à la future dynamique de votre site web. En fonction de votre cahier des charges, certains CMS sont à privilégier : pour une activité e-commerce, les CMS les mieux adaptés seront Prestashop, WooCommerce, Magento ; pour un site vitrine, il sera davantage question de WordPress, Drupal, etc. Une optimisation SEO du CMS est fortement recommandée pour optimiser son référencement technique.

Une fois votre CMS sélectionné et votre site finalisé, la migration vers votre hébergeur sera donc assurée. La dernière étape est de relier l’ensemble. En premier lieu, il s’agit d’ajouter une entrée dans votre zone DNS (de type A) correspondant à l’adresse IP de votre serveur d’hébergement via la page de gestion de noms de domaine. Dans un second temps, le nom de domaine sera à renseigner vers le répertoire d’installation du CMS du serveur d’hébergement. 48 heures au plus tard, votre site sera en ligne !

Et pour finir, la mise en place du protocole HTTPS avec l’obtention du certificat SSL d’authentification du site est indispensable. Ce protocole HTTPS garantit la sécurité des informations par le chiffrement des données entre le navigateur (le client) et le serveur web.